Onlyfans : le nouveau phénomène qui explose sur les réseaux sociaux !

Jeux & Accessoires

Ce n’est pas nouveau, les réseaux sociaux rythment aujourd’hui la vie de nombreux français. Si le premier gros réseau social, Facebook, est arrivé en France en 2008, tout s’est très vite enchaîné depuis. Instagram a débarqué en France en 2010, puis Snapchat en 2011 et Pinterest en 2013. Nous voyons régulièrement de nouveaux réseaux sociaux prendre vie et depuis quelque temps, celui qui fait beaucoup parlé de lui se prénomme Onlyfans. 

Quel est le principe de ce nouveau réseau social ? En quoi se distingue-t-il de ses homologues ? Pourquoi séduit-il autant d’individus dans le monde ? On vous explique tout sur ce phénomène qui a explosé avec le confinement dû à la Covid-19 : le nombre d’utilisateurs a bondi de 75%. 

Onlyfans, le nouveau réseau social qui brise les codes 

En effet, Onlyfans se distingue de Facebook, Twitter ou encore Snapchat puisque c’est un réseau social payant. Si Onlyfans comptait plus de 85 millions d’utilisateurs en décembre 2020, le réseau social ne faisait pas l’unanimité lors de sa sortie en 2016 au Royaume-Uni. Des milliers d’internautes se sont offusqués du concept. 

Un réseau social payant et qui fonctionne

Sur le principe, Onlyfans est très similaire à Instagram : c’est un réseau social sur lequel on peut suivre des créateurs de contenus qui postent surtout des photos. La différence notable est le coût engendré pour visionner ces contenus : de 4,99 à 49,99 dollars américains en fonction des créateurs. La plateforme empoche une commission de 20% sur chaque transaction, les 80% restants terminent dans la poche des créateurs de contenus. 

Alors, on peut se le demander : pourquoi des utilisateurs paieraient pour visionner des photos ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce sont les célébrités qui ont utilisé ce concept pour créer un sentiment d’exclusivité encore plus fort autour de leur communauté

Les célébrités utilisent Onlyfans en masse pour monétiser une partie de leurs contenus

Pour les chanteurs, les acteurs et les autres célébrités d’Instagram, Onlyfans est une aubaine. Finalement, ce qu’ils ont fait est assez simple : ils ont divisé leurs photos entre Instagram et Onlyfans. Concrètement, les photos de moments sympathiques et de mode sont postées sur Instagram. Les photos un peu dénudées ou plus sexy en maillots de bain ou en lingerie sont postées sur Onlyfans. Pour y accéder, il faut s’abonner et donc : payer. Et pour les créateurs de contenus, ça marche fort. Grâce à Onlyfans, l’actrice Bella Thorne a empoché plus d’un million de dollars en 24 heures (oui, vous avez bien lu). Une jeune fille totalement inconnue dont le pseudo est “Polska” a posté ses revenus générés avec Onlyfans : elle a récolté plus de 10 mille dollars en 45 jours

Mais vous vous en doutez, la tentation de commercialiser des photos pouvant être considérées comme érotiques entraîne malheureusement certaines dérives qu’il est important de notifier. Aujourd’hui, Onlyfans marque les esprits comme le réseau social sur lequel il est autorisé de monétiser les photos et les vidéos à caractère sexuel. 

Les dérives d’Onlyfans, le réseau social qui a explosé avec le confinement

Des contenus érotiques pour conserver son abonnement 

Depuis la démocratisation d’Onlyfans, certains vont même jusqu’à surnommer ce réseau social “d’Instagram du porno”. Et pour cause, si certains créateurs de contenus sont des artistes filmant leurs prestations musicales ou des personnalités réalisant des tutos, la grande majorité des contenus monétisés sont des contenus érotiques (voire pornographiques). Pour rappel, l’abonnement à un profil est payant et le montant est fixé par le créateur des contenus. Mais existe une autre façon de rendre Onlyfans encore plus lucratif : monétiser l’envoi de photos exclusives par messages.

Depuis la pandémie de la Covid-19, il est compliqué pour les jeunes de trouver des stages ou des jobs étudiants. De nombreux témoignages démontrent que de plus en plus d’étudiants ont recours à cette monétisation de contenus dénudés pour arrondir leurs fins de mois. Une grande partie d’entre eux masquent d’ailleurs leurs visages. Si la plateforme prend des précautions en vérifiant les pièces d’identité des internautes qui souhaitent créer un compte sur Onlyfans, les utilisateurs affirment qu’elles sont simples à contourner. 

Ce réseau social renforce donc la banalisation de la pornographie et de la prostitution (filmée). Par ailleurs, si Onlyfans est automatiquement associé à la pornographie, c’est parce que le réseau a permis aux performeurs de l’industrie pornographique d’envisager un nouveau modèle de revenu.

Un réseau social pris d’assaut par les travailleurs de l’industrie pornographique

Avec la monétisation des contenus à caractère sexuel, c’est toute l’industrie pornographique qui est concernée. Les actrices pornographiques telles que la Française Nikita Bellucci ont utilisé Onlyfans afin de s’éloigner des studios de production de l’industrie X afin de profiter de plus d’indépendance. 

Pour les acteurs et les actrices de l’industrie du X, c’est une nouvelle façon de mettre à profit leur notoriété et de monétiser leur activité. Ils peuvent choisir ce qu’ils souhaitent faire ou ne pas faire. Ils peuvent contrôler les vidéos et les photos qu’ils postent et sont rémunérés directement par leur communauté.

Vous l’aurez compris, le phénomène Onlyfans n’a pas fini de faire parler de lui. Si la majorité des utilisateurs exploitent cet aspect de contenus à caractère sexuel, les grandes célébrités telles que Beyoncé ou encore Cardi utilisent le réseau social pour se rapprocher de leurs communautés. Elles organisent des jeux, partagent des moments exclusifs et des contenus privilégiés avec leurs plus grands fans. Aujourd’hui, la plateforme souhaite se détacher de son image “d’Instagram du porno” en cherchant à attirer des créateurs de contenu plus “conventionnels” et oriente sa communication à destination des coachs sportifs ou encore des musiciens. En cas de force majeure, le réseau social a toujours la possibilité de bannir la nudité.