Le polyamour, c'est quoi ?

Explorer une nouvelle forme d’amour

Peut-on aimer plusieurs personnes à la fois ? C’est la question que soulève le polyamour. Entre franchise, importance donnée à la liberté, consentement mutuel et rejet de la dépendance, le polyamour est un mode de relations amoureuses qui casse les normes sociales ! Explications.

Le polyamour, kézako ?

Le polyamour est un mot-valise qui vient de l’association de deux termes grecs, « poly » - ou plusieurs – et « amor » - ou amour. Être polyamoureux consiste donc à entretenir plusieurs relations amoureuses à la fois, et ce de façon pleine et entière. A différents degrés, chaque relation détient son lot d’affection, de connivences intellectuelles, d’amour et de sexualité. En d’autres termes, c’est être amoureux de plusieurs personnes en même temps.

Le polyamour, une autre approche de la relation amoureuse ?

Système amoureux à part entière, le polyamour consiste surtout à se détacher de l’entité couple, pour expérimenter une nouvelle forme d’amour. Le but est donc de s’éloigner de la notion de tromperie, pour privilégier une parole ouverte et un altruisme sincère. Car pour être polyamoureux, il faut être capable d’aimer quelqu’un et d’accepter que cette personne soit très heureuse avec quelqu’un d’autre. Afin que ce type de relation fonctionne, toutes les personnes impliquées doivent partager ce point de vue. Et comme dans toute relation, il existe au sein du polyamour des règles de conduite à définir entre les différents partenaires. Mais ce respect de la liberté de l’autre peut s’avérer fantastique lorsqu’il se construit sur des bases saines. Demandant une confiance en soi assez affirmée, le polyamour est ensuite une question de communication : la franchise est au centre des relations, pour assurer aux partenaires un amour libre et bienveillant. Les partenaires échangent de façon honnête sur leurs ressentis et leurs expériences, dans un rapport de consentement mutuel.

Le polyamour, plus égalitaire…et féministe ?

Loin d’être de la polygamie – système dans lequel l’homme a plusieurs partenaires féminins – ou de la polyandrie – système dans lequel la femme a plusieurs partenaires masculins – le polyamour est surtout basé sur une réciprocité de la liberté. Il prône une totale égalité entre les partenaires, puisque femmes et hommes peuvent profiter de droits identiques. En ce sens, le polyamour est un système amoureux foncièrement féministe, car il met en avant une symétrie totale entre les droits accordés aux femmes et aux hommes dans le système relationnel. Il exclue donc la possibilité qu’un homme veuille avoir plusieurs partenaires amoureuses tout en étant possessif vis-à-vis de ces dernières.

Le polyamour, une révolution amoureuse ?

Le polyamour réinvente les valeurs accordées à l’amour, c’est pourquoi il fait débat. Notre société est organisée autour du couple monogame. Et si l’homosexualité peine encore à être acceptée par tous, le polyamour jette un pavé dans la marre : il vient rompre avec une organisation sociale basée sur des relations exclusivement à deux. Comme notre économie est construite autour de ce schéma, le polyamour peut sembler dérangeant, voire dangereux, pour les personnes réticentes au changement. Il démantèle un modèle ancré dans nos sociétés, et requestionnent ainsi toutes les valeurs qui y sont associées. En d’autres termes, c’est comme s’il détruisait les fondations de notre immeuble. Peu surprenant, donc, qu’il interroge et inquiète bon nombre de personnes. Même si finalement, le but des polyamoureux est seulement d’aimer encore davantage…

La polyamour, fait pour tout le monde ?

Comme la monogamie – et son lot de divorces ou de tromperies – le polyamour ne convient pas à tout le monde. Et pour cause : il demande une grande confiance en soi, à la fois dans ses relations amoureuses, mais aussi dans son rapport au monde. Encore mal accepté socialement, le polyamour peut être difficile à porter au quotidien. Soit il sera caché – car trop difficile à assumer – soit il demandera une grande affirmation de soi pour lutter contre les normes établies. Le polyamour peut aussi être douloureux pour des personnes jalouses ou possessives, car il requiert un grand détachement. En résumé, que vous soyez une grande romantique fan d’exclusivité ou une polyamoureuse qui prône l’indépendance affective, l’essentiel est de rester vous-même !